Nos derniers articles

Vous avez dit « Développeur front-end » ?

Intégration mockup
Intégration d’une maquette

N’avez-vous jamais entendu cette qualification à plusieurs reprises ? Parfois assimilée à l’intégration, ce terme représente en réalité une fonction bien précise attribuée au développement d’un site internet.

Lorsque l’on parle de “front-end”, il s’agit finalement de toute la partie visible d’un site, des différents éléments avec lesquels il est possible d’interagir. À ne pas en douter, le développeur front-end est un métier à part entière.

Auparavant, lorsque l’on parlait de développeur, on sous entendait développeur full-stack sans pour autant faire de distinction avec la partie front-end du site mais depuis quelques années et avec l’évolution des technologies, ces termes ce sont distingués pour laisser place à deux métiers au profil bien différent.

Le développeur “front-end” est aujourd’hui amené à intégrer tout ou partie d’un site, apporter de nouvelles idées pour améliorer l’UX et l’UI du site. On parle alors d’expérience utilisateur et d’interface utilisateur, deux notions qui nécessitent un travail approfondis de la part de l’intégrateur afin de prendre en considération les attentes de l’utilisateur.

Des besoins d’interopérabilité et de portabilité


FAME-partners-logo-W3C-400x200
World Wide Web Consortium

Au cœur de ces problématiques actuelles, le développeur front-end doit prendre en compte les différentes plateformes et navigateurs utilisés par les internautes de façon à rendre le site accessible au plus grand nombre. Le respect des normes est par conséquent une étape clé à prendre en considération afin de garantir le bon fonctionnement du site pour une cible la plus large possible.

Cette étape passe par la validation des normes établies par le World Wide Web Consortium (W3C) qui défini une suite de bonne pratiques et de directives à respecter dans la conception d’un site internet.

Un besoin d’accessibilité


L’accessibilité d’un site internet est devenu un facteur primordial à prendre en compte pour une raison très simple, en quelques années l’évolution du marché des téléphones portables et des tablettes tactiles apportent des besoins totalement nouveau pour les utilisateurs. L’enjeu est de taille pour les entreprises qui réalisent désormais une partie de leurs ventes depuis les différents supports mobiles existant.

Il en va de même pour le référencement. En effet, Google présentait il y a quelques mois son label « mobile friendly » qui a pour but de récompenser les pages adaptées à la navigation mobile. Le label est attribué page par page et non à la totalité du site. C’est-à-dire que seules les pages optimisées pour mobile recevront le titre et seront donc privilégiées lors des recherches sur le moteur. Le but étant d’améliorer l’expérience de navigation sur les téléphones.

Le développeur “front-end” doit donc s’adapter pour rendre un site internet accessible sur ces différents supports, on parle alors de “responsive design”.

Le responsive design, qu’est-ce que c’est ?


Principe du responsive design

Ne soyez pas effrayés par ce mot quelque peu étrange, il s’agit en fait d’un site web dont la conception vise, grâce à différents principes et techniques à offrir une expérience de consultation confortable même pour des supports différents.

L’utilisateur peut ainsi consulter le même site web à travers une large gamme d’appareils (moniteurs d’ordinateur, smartphones, tablettes, TV, etc.) avec le même confort visuel et sans avoir recours au défilement horizontal ou au zoom avant/arrière sur les appareils tactiles notamment, manipulations qui peuvent parfois dégrader l’expérience utilisateur, tant en lecture qu’en navigation.

Le développeur “front-end” a de quoi se réjouir, depuis l’évolution des nouvelles technologies, de nombreux outils ont fait leurs apparitions pour palier à cette problématique.

On parle alors de frameworks html/css, des outils qui permettent de répondre à ce besoin d’accessibilité en proposant tous les éléments nécessaires du plus simple au plus complexe pour rendre son site internet accessible sur tout support.

Framework front-end

Suivi de près par Foundation, on retrouve principalement “Bootstrap” qui apporte son lot de nouveautés et d’éléments pré-conçu permettant au développeur d’intégrer plus rapidement un site.

L’intégration est d’autant plus facile car bootstrap, tout comme Foundation, propose un système de grille permettant d’adapter le contenu de son site suivant les différentes tailles d’écrans possible. Il intègre également de nombreux composants allant ainsi du simple tableau jusqu’à la personnalisation des boutons et des blocs.

Un enjeu pour l’ergonomie


html5 / css3
html5 / css3

La conception d’un site internet, tout particulièrement l’intégration, se concentre aujourd’hui sur l’utilisation des derniers formats de données, on retrouve ainsi HTML5 et CSS3.

La transition du HTML 4.01 au HTML5 apporte son lot de modifications : de nouveaux éléments sont apparus comme une implémentation plus adaptée des fichiers audios ou vidéo mais aussi la mise en place d’un système de géolocalisation.

CSS3 apporte quant à lui de nombreux effets d’ombres, de dégradés et d’animations pour rendre un site le plus ergonomique possible.

Un besoin de maintenabilité


Pré-processeur CSS
Pré-processeur CSS

Dans une optique de transparence et de durabilité,  le développeur “front-end” est aujourd’hui amené à respecter bon nombre de bonnes pratiques pour proposer un site maintenable.

On retrouvera tout naturellement les pré-processeurs SASS et LESS qui apportent des moyens pour structurer et organiser les feuilles de style d’un projet de façon efficace.

Un pré-processeur vous dites ?


Un pré-processeur est une sorte d’extension au langage CSS pour pallier ses déficiences et apporter, entre autre, les fonctionnalités suivantes :

  • variables et constantes
  • fonctions et boucles
  • calculs et opérations
  • notation imbriquée

Les pré-processeurs interviennent en amont, avant la rédaction de CSS, puisque ce sont eux qui vont générer la feuille de style à partir d’un langage spécifique à chaque pré-processeur.

Ce qu’il faut retenir


Toutes ces bonnes pratiques ne vise pas à faire de vous un développeur “front-end” irréprochable mais apportent une approche plus détaillé sur le sujet. L’utilisation et le choix des différents outils disponible permettra à votre projet d’être mieux structuré, avoir un code plus clair et maintenable par la suite.

Pour en savoir à ce propos, vous pouvez contacter nos équipes dédiées à cette partie sur le site : Kaizen Developments.

Laisser un Commentaire